•  Thalle lépreuxLepraria sp.   Famille des Stereocaulaceae.                                                                Lichens des rennes. - Cladonie portentosa.       

    Lepraria incana ?    

    Le thalle désigne l'appareil végétatif des lichens, ne formant ni feuilles, ni tiges ni racines.                                                                                 

    Ce lichen pousse ici sur l’écorce crevassée d’un chêne en milieu humide et à l'ombre.

    Une analyse chimique serait nécessaire pour déterminer l'espèce*.

     

    C'est sur ce tronc que j'ai découvert une chenille de Psychidae Luffia, protégée dans son étui confectionné avec ce lichen.

     

    9 novembre 2018. Sur le tronc du chêne, c'est comme de la poudre.

     

    Lichen, sur le tronc du chêne  où vit la chenille : *probablement un Lepraria.

    Luffia lapidella.

    Thalle lépreux et farineux, il pousse aussi sur les murs.

    Lichen chêne.

    Lichen chêne.

     Lichen en cours de développement.  

    Lichen chêne.

     

    * Merci,  Alain GERAULT  pour  l'identification du lichen. 

     

    Retour "Mousses et lichens".

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Tenthredo (Zonuledo) zonula.   Famille des  Tenthredinidae.  Tenthrediniinae.                                    Andrena bicolor.           

     Une tenthrède en jaune et noir au jardin.

     La plante-hôte de sa larve est le Millepertuis  (Hypericum perforatum).

    Comment reconnaître l'espèce ? 

    . Premier tergite bordé de jaune.

    . Segment 5 jaune (+ tergites 8 et 9 jaunes chez la  femelle).

    . Pterostigma bicolore.

    . Premier article  antennaire  (scape) jaune.

    . Angles postérieurs du pronotum jaunes.

    . Tégulas jaunes.

    . Pattes 1 et 2 jaunes.  

    . Fémur 3 jaune à apex noir.

    Espèce rare, ou en tout cas peu observée dans le Morbihan.

     4 juin 2017.

    Tenthredo  zonula.

    Tenthredo zonuledo zonula.

     Taille : 12 mm.

    Tenthredo  zonula.

     Tête brillante.

    Tenthredo  zonula.

    Tenthredo  zonula.

    2 juin 2014.   Larve.  Taille : 13mm.

    Tenthredo  zonula.

    Zonuledo zonula.

    Identification sur photo. Tenthredo (Zonuledo) zonula probable.

     Merci Patrick.

     

      Retour liste Hyménoptères.

     

     


    2 commentaires
  • Luffia - Famille des Psychidae. Psychinae.                                                                                                              Bombyx du chêne.

    Luffia lapidella  ou Luffia ferchaultella.

     

    La chenille vit dans ce fourreau de lichen qui la protège des intempéries et également des prédateurs, 
    car elle se confond avec le support. Seules la tête et 2 pattes sortent de l'étui pour se nourrir et se déplacer. 

    Cet abri est construit par la larve. Elle l'agrandit au fur et à mesure de sa croissance.
     Il est suspendu à un fil de soie,  pour éviter les chutes et assurer les déplacements au gré du vent.

    La chenille se nourrit de lichen Lepraria* qui pousse ici sur le tronc d'un grand chêne.

    Chez les psychés Luffia lapidella les papillons mâles sont ailés, et les femelles sont aptères. Reproduction  bisexuée.

    Chez les psychés Luffia ferchaultella il n'existe pas de mâle.  Les femelles sont aptères. Forme parthénogénique.

    Pour connaître l'espèce, il faudrait donc attendre de voir l'adulte, et vérifier si la femelle attire ou non les mâles
    avec ses phéromones avant de pondre.

    Une seule génération dans l'année.

    Taille : 8mm.

     

     9 novembre 2018.

    Luffia lapidella.

    Pour la taille, je pose les insectes sur du papier millimétré. 

    Luffia lapidella.

     

    Luffia lapidella. 

     

    Luffia lapidella.

     

    Luffia lapidella.

     

    Luffia lapidella.

    * Merci,  Alain GERAULT pour l'identification du lichen. 

     

    Retour au menu "Chenilles".   

     


    votre commentaire
  • Mégachile du rosier - Megachile  centuncularis*  -  Famille des  Megachilidae. Lithurginae.                                   Andrena bicolor.   

     

    Les femelles des  Mégachiles récoltent le pollen sur les poils raides de la brosse ventrale de l'abdomen (scopa).

    Cette abeille solitaire butine les fleurs d'Astéracées. 

    Les Mégachiles ont  2 cellules cubitales, de taille presque égale.
    (Elles se distinguent des Osmies par l'absence de pulvillus entre les griffes des tarses).

    . Abeille noire à pilosité roussâtre, plus sombre au vertex et au mésonotum.

    . Soies sombres dressées sur toute la surface du sixième tergite.

    . Bandes pileuses des tergites interrompues au milieu. Entière sur le 5ème segment. 

    . Brosse ventrale entièrement rousse.

    . Tarses  noirs.

    . Epine  externe des tibias postérieurs pointue et courbée.

    Cette abeille  creuse des galeries dans du bois mort,  (lignicole)  ou occupe des cavités déjà existantes dans le bois, dans le sol.

    Elle découpe des demi-cercles sur les bords des feuilles de rosiers, qu'elle  enroule et transporte ensuite pour garnir son nid. 
    Chaque cellule reçoit une réserve de pollen  pour les futures larves,  puis un œuf, avant d'être soigneusement refermée par des
    fragments de feuilles.

    Cette espèce peut être parasitée par Coelioxys acuminata.

     Taille : 12mm. (mesurée).

     Espèce commune.

    16 septembre 2018.

    Mégachile.

     

    Mégachile.

    Longue langue ! 

    Mégachile.

    Zoom sur la face.  Absence de pulvillus entre les griffes des tarses.

    Mégachile. 

     2 cellules cubitales à peu près de la même  taille ;
    bandes pileuses des tergites interrompues au milieu, entière au 5ème. Soies dressées  du sixième tergite. (Clic gauche)

    Mégachile.

    Eperon externe des tibias postérieurs pointu et courbé.

    Mégachile.

     

    Mégachile sept.

    Les feuilles découpées du rosier.

    Mégachile.

     

    Retour liste Hyménoptères.

    * probable ! 

     Merci à Gomjabar pour l'aide à l'identification.
    + Clefs Alain Pauly. 
     + atlashymenoptera.net/biblio/Benoist.


    votre commentaire
  • Pteroxanium kelloggi -  Famille des  Lepidopsocidae.                                                                              Pteroxanium kelloggi.                                                                                                                                                                          
    Ordre des Psocodea. (Psocoptères). Sous-ordre des Trogiomorpha.

     

     

    En compagnie de l'Epeire des fissures et de quelques cloportes,  il était sous l'écorce d'un prunier mort,
    tombé  au sol et couvert de lichen.  Je l'ai vu se nourrir de ce lichen : Parmotrema perlatum.

    L'insecte fait des petits bonds  puis reste immobile un instant avant de se  cacher de la lumière.

     

    . Le corps est  couvert d'écailles, comme les papillons, d'où le nom de famille "Lepido"...

    . Forme brachiptère : ailes courtes,  qui recouvrent la moitié de l'abdomen, avec la pointe  sombre.

    . Tête triangulaire, avec de gros yeux verts traversés d'une ligne sombre.

    . Antennes longues, filiformes. (30 articles).

    Cette famille compte 5 genres en Europe et chaque genre ne comprend qu'une seule espèce (monospécifique)*.

    Pteroxanium kelloggi  est le seul représentant de la famille en France. 

     ~ 3mm.

    Rare,  ou en tout cas très peu observé. 

    4 novembre 2018.

    Pteroxanium kelloggi.    

     

    Sous l'écorce.

      

    Pteroxanium kelloggi.    

     

    Sous l'écorce. 

    Lichen dont se nourrit Pteroxanium kelloggi,
    qui pousse sur les branches mortes d'un prunier Reine-Claude :
     
    Parmotrema perlatum. 

    Pteroxanium kelloggi.

     

    * d'après Fauna Europea.
      Merci, Yann.

    Retour Autres insectes

     


    2 commentaires
  • Lasioglossum sous-genre Evylaeus - Famille des Halictidae. Halictinae.                                                                             Andrena bicolor.  

    Les Halictidae ont trois cellules cubitales et la nervure basale coudée.

    Halictus ou Lasioglosum ? Comment les reconnaître : Présence ou absence de bandes apicales.

     

    Genre Halictus  :          Bords apicaux des tergites avec des bandes de pubescence feutrée. 
                                              Nervure externe de la troisième cellule submarginale des ailes antérieures aussi forte que la nervure Rs. 

    Genre Lasioglossum : Bords apicaux des tergites sans bandes de pubescence feutrée, excepté Lasioglossum sexstrigatum (ou L. sabulosum). 
                                             Bandes
     basales  souvent présentes (pas toujours).                                                      
                                             Nervure externe de la troisième cellule submarginale plus faible que la nervure Rs.

     
                                             
    ---ooo--- 

    Lasioglossum sous-genre Evylaeus.

    Coloration du corps noire sans reflets métalliques.

    . Seconde nervure transverse  de la deuxième cellule submarginale plus faible que la première (Rs).
    . Tergites avec le bord apical jaune translucide.

    Ici c'est une femelle, avec un sillon longitudinal sur le dernier tergite. 

    Taille : 6,5 mm. 

     23 septembre 2018. 

    Halictus sept.2018.

     

    Halictus sept.2018. 

     

    Halictus sept.2018. 

    Femelle, car on voit bien le sillon longitudinal sur le dernier tergite. 

    Halictus sept.2018.

     

    Halictus sept.2018.

    Merci à Gomjabar  & Arnaud R. pour l'aide à l'identification.
    d'après la  clef  d'Alain Pauly.

     

    Retour liste Hyménoptères.

     

     

     


    votre commentaire
  • Apanteles glomeratus. (Larves). Famille des Braconidae.                                                                                Andrena bicolor.  

    = Cotesia glomerata.                                                                                                      

     C'est un hyménoptère de petite taille, qui  se reproduit en pondant ses œufs dans le corps des chenilles. 
    Ainsi protégées, les larves se nourrissent de l'intérieur,  tandis que la chenille continue de se développer.

    Arrivées à maturité, les larves percent la peau de la chenille pour sortir de son corps.
    Elle se tissent immédiatement un cocon de soie jaunâtre.


    Non seulement la chenille est toujours vivante,  mais elle est programmée pour protéger ses parasites.
    Elle se place alors soit sur le cocon, soit autour.

    Ici la chenille parasitée est la piéride du chou - Pieris brassicae. 

    Les Apanteles  glomeratus sont donc des auxiliaires de l'agriculture, un moyen de lutte biologique pour limiter le nombre de chenilles. 

     

    La chenille était parasitée. Les larves sortent de tous côtés...

    Piéride du chou.

    Piéride du chou.

    10 octobre 2018.   Nouvelle chenille parasitée. Dessous de la chenille.

    Apanteles

    10 octobre 2018.  

    Apanteles  

    Gênée par la lumière du flash, la chenille  s'écarte un peu...

    Apanteles  

    puis revient...

    Apanteles  

    10 octobre 2018. Autre Pieris brassicae  également parasitée.

    Apanteles  

    Elle aussi protège "sa progéniture" et se déplace légèrement si on la dérange.

    Apanteles  

     

      

    Retour liste Hyménoptères.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires