• Meloe proscarabeus.

    Meloe proscarabaeus  - Famille des Meloidae.                                                                 insecte coleoptere020

     

     

     

    C'est un coléoptère brillant, bleu-noir, aux élytres courts, divergents,  qui ne recouvrent pas entièrement l'abdomen.
    La tête et le pronotum sont ponctués.

    On peut l'observer au printemps. Cet insecte ne peut pas voler (aptère). C'est un parasite des abeilles sauvages.

    Meloe violaceus et Meloe proscarabaeus fréquentent les mêmes biotopes et peuvent être confondus.  

    - Chez Meloe violaceus  la base du pronotum est rebordée, avec une gouttière assez profonde, bien marquée.                                          

    - Chez Meloe proscarabaeus  le pronotum n'est pas rebordé à la base.                                       

    Les antennes des mâles sont coudées et enroulées au niveau des  6ème et 7ème articles, celles des femelles élargies au milieu.

    La taille  est très variable.

    La femelle est plus grande que le mâle. Son abdomen est très volumineux,  dilaté par les œufs qu'elle porte.
    Elle pond dans la  terre bien tassée, près des plantes mellifères. 

    Les larves ont un développement complexe, hypermétabole. 

    Elles remonteront en surface,  pour attendre, sur les fleurs (souvent les pissenlits)  le passage d'une abeille solitaire, sur laquelle elles vont s'agripper pour se faire  transporter jusqu'à son nid. 
    Une fois  installée  dans sa cellule, la larve Méloé 
    dévore l'œuf  de l'hyménoptère, puis se nourrit des réserves  que l'abeille avait prévues pour sa propre progéniture. Elle va grandir et se métamorphoser dans ce nid  et l'adulte (imago) sortira au printemps suivant.

    L'adulte  produit un liquide toxique au niveau des articulations, la cantharidine, qui repousse l'agresseur.
    Il est déconseillé de le toucher,  car cette substance peut provoquer des brûlures ou des allergies.

    Cette année  les Méloés sont nombreux.

    18 avril 2019. Taille variable...  14 et 34 mm.

    Meloe  proscarabeus.

     15 avril 2019.

    Meloe  proscarabeus.

    Le mâle est nettement plus petit.

    Meloe  proscarabeus.

     31 mars 2019. Femelle. 
    Polyphage, elle aime l'herbe, le plantain, le rumex, la poire...

    Meloe femelle.

                   ... mais surtout les fleurs de pissenlit.

    Meloe femelle. 

    Celle-ci creusait patiemment son trou entre les pierres,  au bord de la route. 
    J'en ai vu d'autres creuser, toujours là ou la terre est très tassée et très sèche.

    Meloe  proscarabeus.

    23 mars 2019. Femelle, dans une allée bien dégagée, dans le  bois. 

    Meloe femelle.

     

     

     

     

    12 avril 2018.  Mâle. 

    Meloe. 

     

    Meloe.

     

    Meloe proscarabeus.

    Ici le pronotum n'est pas rebordé à la base, ce serait donc  Meloe proscarabaeus.

    Meloe.

     Posé sur du papier millimétré, pour la taille exacte.

    Meloe. 

     Antennes coudées du mâle.

    Meloe.
    *La larve primaire,  cleptoparasite, s'appelle un triongulin, car ses tarses portent 3 "ongles" (3 griffes). 

     

    Retour vers le menu  Coleoptères divers. 

    Merci, Thibault. 

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :